art, artiste, peintre, peinture, Franche-Comté

Jeanne champion

Lons-le-Saunier, 1931


Jeanne Champion, née le 25 juin 1931 près de Lons-le-Saunier, est une peintre et une romancière historique française.


D'origine franc-comtoise, Jeanne Champion commence à peindre en 1956. Elle fréquente les artistes du quartier Montparnasse et, notamment, Jean-Claude Bédart et Max Papart.
Ses toiles sont dans un premier temps abstraites, puis figuratives "par défi". Elle revient plus tard à l'abstraction. Ses œuvres plus récentes sont une explosion de couleurs parsemée de coulures et d'éclaboussures,faisant émaner de sa peinture un sentiment de liberté.
Egalement écrivain et biographe, elle a publié de nombreux romans. Artiste éclectique, Jeanne Champion ne cesse de surprendre par sa peinture aux accents surréalistes et ses écrits empreints de spiritualité.



Distinction

Le 1er Décembre 2001, Jeanne Champion est nommée officier des Arts et des Lettres par le ministre de la Culture et de la Communication.




Expositions
— 1963 : Galerie Suzanne de Coninck, Paris
— 1964 : Musée des Arts décoratifs de Saint Etienne
— 1966 : Galerie Karl Flinker, Paris
— 1967 : Salon de Mai, Grand Palais, Paris
— 1970 : Galerie de l’Université, Paris
— 1971 : Galerie de l’Abbaye, Paris
— 1972 : Galerie Desbrières, Paris
— 1973 : Galerie de l’Université, Paris
— 1974 : Unesco
— 1975 : Encres Baroques, musée d’Orléans
— 1976 : Salon des Femmes Peintres, Paris
— 1977 : Galerie des Grands Augustins, Paris
— 1978 : Galerie Karl Flinke,r Paris
— 1979 : Les uns par les autres, musée de Lille
— 1980 : Dessins d’Écrivains, Château d’Ancy le Franc
— 1981 : Dessins d’Écrivains, Beaubourg, Paris
— 1984 : Galerie La Pochade, Paris
— 1995 : Galerie Transversale, Paris
— 1997 : Galerie Transversale, Paris
— 1999 : Galerie Transversale, Paris
— 2000 : Galerie Belfond, Autour de Bernard Noël
— 2003 : CNEA, Atelier Picasso, Grands Augustins, Paris
— 2011 : L'avant-dernière à La Bellevilloise, Paris

In : Site de Jeanne champion




Écrivain et peintre, Jeanne Champion est née le 25 juin 1931 dans le Jura où elle a passé son enfance. Issue d'un milieu rural, elle a rejoint ses parents à Paris où elle a exercé divers métiers avant de s'aventurer dans la peinture en 1956, puis dans l'écriture en 1961. En juin 2001, elle publiera chez Plon le tome 1 de ses mémoires en même temps qu'elle exposera à l'Espace Châtelet Victoria à Paris une soixantaine de ses œuvres . Si l'on connaît mieux sa production littéraire, on connaît moins son travail pictural qu'elle a longtemps tenu secret. Constamment insatisfaite, Jeanne Champion a détruit la plupart de ses tableaux. Ceux qui ne l'ont pas été ont été retravaillés au fil des quarante dernières années. Aussi ne doit on pas s'étonner de l'écart des dates qui figurent au bas de ses œuvres Il lui reste aujourd'hui environ 200 toiles datées de 1960 à 2001, une centaine de gouaches, des dessins qu'elle ne veut pas montrer pour l'instant, quatre tapisseries.
Abstraite par goût et par nécessité intérieure, Jeanne Champion s'est rapprochée de la figuration pendant une dizaine d'années, très précisément entre 1970 et 1980. Un livre édité par Le Cercle d'Art paraîtra dés le début de l'automne. Accompagnée par l'écrivain Yann Quéffelec, elle y présentera la partie figurative de ses œuvres soit une trentaine de pastels secs au contenu iconoclaste Le Musée Imaginaire et une vingtaine de grands portraits allégoriques au crayon noir intitulés Portraits de la notoriété. Ces travaux exécutés entre 70 et 80 n'ont pour la plupart jamais été présentés au public.

Extraits de quelques critiques

C'est un art urgent que celui de Jeanne Champion : voyant, criant, poignant, comme tout geste humain dans sa lutte avec le temps. Abstrait ? Pas plus que les volcans sous marins aperçus des satellites, ou les incendies de forêt. Figuratif ? Autant que peut le demeurer la réalité sous le regard de l'artiste. Peintre, Jeanne Champion l'est comme elle est romancière, et comme elle vit: de toutes ses forces. Avec lnépuisable volonté d'épuiser la fantastique énergie dont elle est douée. Plume ou pinceau, elle cherche querelle à l'oubli ; elle allume des feux à l'épreuve du temps.

Yann Queffélec


Le cas est unique en notre histoire: nous n'avons jamais eu, homme ou femme, peintre de premier ordre qui fût en même temps un écrivain de premier ordre. C'est un personnage à la fois déroutant et attachant que Jeanne Champion. Certaines années, elle se donne avec conviction on peut dire avec acharnement à la peinture, et il est peu d'artistes qui aient autant peint. Certaines années, au contraire, elle se consacre, avec la même obstination, à la littérature et en particulier au roman. Dans les deux disciplines, ce qui est plus exceptionnel, elle a une originalité que les spécialistes ne lui contestent point, ces deux activités ne sont pourtant (pas, psychiquement parlant, séparées, même si, dans le passé, il était plus difficile qu'aujourd'hui de distinguer les obsessions du peintre des obsessions de l'écrivain...

Alain Bosquet


Romancière des fantasmes poussés au baroque, Jeanne Champion est une sorcière de l'écriture, une fascinante affabulatrice qui s'est plusieurs fois introduites par effraction dans des personnages historiques, tels Racine, Jeanne la Folle, mère de Charles Quint .... Menace et volupté vont de pair dans cet univers aux couleurs si tendres, si honnêtes qu'on s'y laisserait prendre, abusé par un art si soigneux, si soigné. Mais il suffit de contempler un moment ces fenêtres ouvertes sur l'étrange pour se sentir à son tour possédé L'imaginaire vous a gagné, méfiez vous ; cette femme est dangereuse, et sa peinture ensorcelée.

Matthieu Galey


« Féminin Masculin », cette alliage si rare de la démarche artistique s'incarne aujourd'hui dans loeuvre peinte et littéraire de Jeanne Champion dont le nom est comme le symbole de cette singularité. Puissance de l'expression plastique et de t'écriture jusqu'au baroque, interprétation réaliste et fantastique de ses thèmes, richesse des matériaux du tissu au vêtement, au cuir, aux souliers, au bois ; exploration de l'abstraction au collage, de la toile peinte à l'installation ; imaginaire débordant qui déphase, interpelle, provoque ; volonté de création devenant une dynamique inassouvie... la curiosité de la romancière alimente la quête du peintre comme le révèleront ses mémoires. Qui est Ève ? Qui est Adam ? . Jeanne Champion a la passion Être.

André Parinaud


Jeanne Champion travaille dans le registre tragique, même si elle l'accommode à la manière bouffonne. Nous le savons depuis sept romans où se croisent l'obsession, le cauchemar, la démence. Et nous le savons aussi autrement, par ce qu'elle est peintre et que son univers plastique reflète des paroxysmes comparables. Voici ce que Jean Marie Dunoyer rapportait d'une de ses dernières expositions ( le Monde du 23 novembre 1977)... Ici, ce ne sont plus les splendeurs de Versailles ni les Gisants de Saint Denis ( allusion aux deux précédents romans de Jeanne Champion. Dans les « jardins d'Esther » et « les Gisants » qui lui servent de tremplin, mais les maîtres indiscutés de l'art classique... On commettrait une lourde erreur en se croyant devant un jeu de massacre. Les dispositions et autres mauvais traitements infligés aux tableaux qu'elle aime (..) prenons les comme autant d'hommages Seulement l'humour (apparent) est vite dépassé. Et ce sont les cauchemars d'un monde halluciné qui vous entraînent dans le monde des grands morts » .

Jacqueline Piatier

cuphistory.free.fr/jeanne/biographie




Jeanne Champion, née le 25 juin 1931 (86 ans) près de Lons-le-Saunier, est une peintre et une romancière historique française. Jeanne Champion, née dans un milieu paysan, est largement autodidacte. Artiste-peintre depuis 1956, Jeanne Champion a réalisé une production abondante dans ses deux champs d'activité. En peinture, souvent peu satisfaite, elle a détruit beaucoup de ses créations mais elle a laissé quelque 200 peintures et un bon nombre de gravures.
Écrivaine depuis 1961, Jeanne Champion s'est vue décerner le prix Goncourt de la biographie romanesque 1984 pour sa biographie romancée de Suzanne Valadon, traduite en plusieurs langues. Elle a également obtenu le Grand Prix du roman de la Société des gens de lettres 1980 pour son roman Les frères Montaurian, le Prix de l'Événement du jeudi 1986 pour Le Bunker et le Prix des écrivains croyants 1990 pour son livre documentaire Mémoires en exil.

Wikipedia : Jeanne champion