François Devosges

(1732-1811)


François Devosge, né le 25 janvier 1732 à Gray et mort le 22 décembre 1811 à Dijon, est un peintre et sculpteur français.


• Il est le fils du sculpteur et architecte Claude François Devosge (1697-1777), et le père du peintre Anatole Devosge (1770-1850). François Devosge est issu d'une dynastie de menuisiers et de sculpteurs dont il devait suivre le parcours. Il est formé à la sculpture dans l'atelier parisien de Guillaume II Coustou, mais il dut renoncer au bout de trois ans car il perd la vue d'un œil. Une opération de la cataracte lui sauve l'autre œil mais il abandonne la sculpture et apprend la peinture avec Jean-Baptiste Deshays de Colleville en 1759. Le 10 décembre 1764, il épouse Marie Saint Père, fille du sculpteur Claude Saint Père, et sœur de l'architecte Charles Saint Père. Peintre malgré lui, Devosge fut un portraitiste et un peintre d'histoire de second plan mais restera connu pour son rôle de pédagogue en tant que fondateur de l'école de dessin et du musée des beaux-arts de Dijon, projet qui occupera le reste de sa vie.

In :  https://fr.wikipedia.org/wiki/François_Devosge

• Né le 25 janvier 1732 à Gray, François Devosge avait reçu, dans l’atelier de Guillaume II Coustou, à Paris, une formation de sculpteur avant d’être contraint, par la cécité qui le menaçait, de choisir la peinture. Installé en 1760 à Dijon, soutenu par le grand bailli Legouz de Gerland, il y créa cinq ans plus tard une école gratuite et publique de dessin définitivement reconnue par les États de Bourgogne en 1767. Les collections de cette école, au sein de laquelle se sont formés notamment les peintres Pierre-Paul Prud’hon et Bénigne Gagneraux, le sculpteur François Rude, sont à l’origine du Musée des Beaux-arts de Dijon. Chargé par l’administration départementale en 1793 de faire choix, parmi les objets saisis comme biens nationaux dans les établissement ecclésiastiques et les demeures des particuliers, de ceux qui pouvaient être conservés et confiés au musée, il établit un inventaire qui permit de connaître et de sauver de nombreuses œuvres. Sur le musée ainsi constitué, ouvert au public en 1799, Devosge veilla comme directeur jusqu’à sa mort, survenue le 22 décembre 1811. Il fut associé à l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon en 1768 et devint vétéran en 1779.

In :  Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres de Dijon