art, artiste, peintre, peinture, Franche-Comté

Pierre d'Argent

Besançon, xvie siècle


Pierre d'Argent, dit le Vieux, né à Besançon vers 1510. Fils aîné de Gérard. Citoyen de Besançon.





Le cardinal de Granvelle le prit dans sa maison et le fit étudier en Italie, puis dans les Flandres. Il le ramena en 1564 à Besançon, où il l'employa à peindre des tableaux ou des copies pour son palais et ses chapelles : la Descente de croix, du Bronzino, église d'Ornans, la Bataille de Lépante, église de Cromary [Hte-Saône]1.
L'artiste exécuta ensuite, pour l'église de Brou (Ain), la grande toile de Saint Nicolas de Tolentin, saint Augustin et sainte Monique, datée de 15742, et, pour la collégiale de Fribourg (1584-1585), des tableaux destinés au chœur de cette collégiale, disparus dans un incendie3.
Devenu peintre de Besançon à la mort de son père, il y exécuta de nombreux travaux : peinture de la « monstre servant au nouvel horloge de la Madeleine4 », rhabillage de verrières5, vue cavalière de Besançon, envoyée au gouverneur de la province pour la Cosmographie d'Ortélius6, portrait de l'empereur Maximilien7, tibériades, chars de triomphes8, etc. Il exécuta aussi plusieurs grandes copies du Saint-Suaire, antérieurement à l'année 16089, et il occupait en outre, comme son père, l'emploi de maître de la monnaie, depuis 159210. Il mourut peu après 1608 .



In : Dictionnaire des Artistes et Ouvriers d'Art de la Franche-Comté
Abbé Paul Brune, 1912




Gérard (ou Girard) d'Argent


Citoyen de Besançon, est connu à partir de l'année 153211. C'est probablement à lui qu'est dû le « portrait de la cité » qui fut porté, soigneusement garanti par un sac de cuir, en 1534, à l'empereur Charles-Quint12 .
Il peint des écussons pour les obsèques solennelles13, « raccoustre » les fenêtres de la chapelle de l'hôtel consistorial14, enlumine les « Evangilles » mis aux portes de la ville, pour la prestation du serment, ainsi que les ex-voto offerts au Saint-Suaire par la municipalité15, relève en « peincture géographie » le plan des bois communaux16, s'emploie aux décorations des jeux de moralités17, reçoit, en 1550, 5 écus d'or pour ses « peines d'avoir pourtraict la cité pour icelluy envoyer à Basle pour imprimer18 ».
En dehors de ces ouvrages pour le compte de la ville, il travailla aussi pour les Granvelle, et la galerie du cardinal gardait de lui un portrait de Jacques Bonvalot19. Il mourut en 156320, ayant eu de ses deux mariages sept enfants21, dont les trois qui embrassèrent des carrières artistiques.



In : Dictionnaire des Artistes et Ouvriers d'Art de la Franche-Comté
Abbé Paul Brune, 1912




Pierre d'Argent dit le Jeune


Né à Besançon, le 12 juin 1546 ; mort vers 1620. Fils de Gérard. Il peignit, avec son frère aîné, les tableaux destinés à orner le chœur de la collégiale de Fribourg, payés au prix considérable de 630 écus.
Il travailla pour le compte de la ville de Besançon et du cardinal de Granvelle, dont la galerie renfermait quatre portraits de sa main. Parmi ses tableaux d'église, on cite : une Cène, une Véronique, un Saint François et un Christ, donnés par lui aux capucins de Besançon.



In : Dictionnaire des Artistes et Ouvriers d'Art de la Franche-Comté
Abbé Paul Brune, 1912