art, artiste, sculpture, sculpteur, Franche-Comté

Henri-Frédéric Iselin

Clairgoutte, 1826 - Clairgoutte, 1905


Iselin (Henri-Frédéric), naquit à Clairegoutte (Haute-Saône), en 1826. Il étudia d'abord dans l'atelier de Rude, travailla ensuite un certain temps à l'École des Beaux-Arts et débuta au Salon de 1849. Il remporta une médaille de troisième classe en 1852, une autre à l'Exposition universelle de 1855, un rappel de médaille en 1857 et une médaille de deuxième classe en 1861, rappelée en 1863.
L'artiste a exécuté de nombreux bustes ; plusieurs, commandés par l'État, se trouvent au Musée de Versailles ; un, celui du président Boileau, figure au Musée du Luxembourg.
Sous l'Empire, il fut chargé de sculpter des portraits de Napoléon III et du duc de Morny. On lui doit aussi un groupe en pierre, ornant le palais du Louvre, et des statues placées à l'Opéra et à l'Hôtel de Ville de Paris.
Iselin mourut, à la fin du mois de mars 1905, dans sa ville natale où il s'était retiré après avoir pris part pour la dernière fois au Salon en 1892.
Il était chevalier de la Légion d'honneur depuis le 5 juillet 1863.

In : Dictionnaire des sculpteurs de l'école française au xixe siècle, tome III, Stanislas Lami, Gallica.




Henri-Frédéric Iselin est un sculpteur français, né à Clairegoutte (Haute-Saône) le 15 décembre 1825, et mort dans la même ville le 30 mars 1905.
Issu d'une famille modeste, Henri-Frédéric Iselin est le fils de Jacques Christophe Iselin (1794-1880), épicier, et de Catherine Marguerite Iselin (1796-1874). Son talent est remarqué par des personnalités locales qui vont l'aider. Il est l'élève de François Rude.
Il débute au Salon de 1849 en exposant des bustes en marbre. En 1852, Iselin obtient sa première médaille d’or pour Le jeune Romain. Sa réputation parvient aux oreilles de Napoléon III et il devient l'un des sculpteurs attitrés de l’empereur en 1862. Après la chute de l’Empire, il continua à œuvrer pour diverses familles aisées. Il quitte Paris en 1896 pour s’installer à Clairegoutte, où il meurt d’un cancer.
Une salle du musée Georges-Garret de Vesoul porte son nom.

In : Wikipedia, Henri-Frédéric Iselin.




Sculpteur français (né à Clairegoutte (Haute Saône) en 1826, décédé à Clairegoutte en mars 1905), Iselin s’initie à l’art de la sculpture dans l’atelier de François Rude.
Le Conseil Général de Haute Saône le soutient, en lui attribuant une bourse (jusqu’en 1850).
Il débute au Salon de 1849, avec le buste de M. De Marmier.
Pour le Palais du Louvre, il reçoit les commandes de Euripyle et du Génie du Feu.
Son activité est presque entièrement consacrée à l’exécution de bustes. Il réalise ainsi plus d’une cinquantaine de portraits de personnalités. On lui doit plusieurs portraits de Napoléon III et du duc de Morny.
Il remporte une médaille de troisième classe en 1852, une médaille de troisième classe à l’Exposition universelle de 1855, un rappel de médaille en 1857, une médaille de deuxième classe en 1861 et en 1863.
Il est décoré de la Légion d’honneur en 1863.
Il participe à son dernier Salon en 1892 et se retire ensuite dans sa ville natale.

In : Wikiphidias, Henri-Frédéric Iselin.




Œuvres


- M. de Marmier. Buste en marbre. Musée de Vesoul. Salon de 1849.
- M. E. Mourgue. Buste en marbre. Salon de 1850.
- Un jeune romain. Buste en marbre. Musée des Beaux-arts de Lons le Saunier. Salon de 1851.
- Jean Goujon. Buste en marbre. Mairie du 1er arrondissement de Paris. Salon de 1852.
- Joachim Murat, roi de Naples. Buste en marbre. Château de Versailles. Salon de 1853.
- L’Observation. Buste en marbre. Exposition universelle de 1855.
- Le duc Alphonse de Bauffremont. Buste en marbre. Musée d’Art et d’Archéologie de Besançon (Plâtre). Salon de 1857.
- Le Génie du feu. Groupe en pierre. Palais du Louvre. 1857.
- Louis Benoît Picard, auteur dramatique. Buste. Paris, Palais de l'Institut. 1857.
- Emile Girardin. Buste en plâtre. Château de Compiègne. 1858.
- J.N. Bonaparte Paterson. Buste en bronze. Salon de 1859.
- J.N. Bonaparte Paterson. Buste en marbre. Salon de 1859.
- Euripyle. Statue en marbre. Palais du Louvre. 1860.
- Le comte de Morny. Buste en marbre. Salon de 1861.
- M. le président Boileau. Buste en marbre. Musée d’Orsay. Vesoul (Haute Saône), Musée Georges Garret. Salon de 1861.
- Le général Brunet. Château de Versailles. Buste en marbre. 1861.
- Napoléon III en Hermes. Buste en marbre. Château de Compiègne (Plâtre). 1862.
- Napoléon III, en uniforme. Buste en marbre. Château de Compiègne 1862.
- Le Président Boileau. Buste en marbre. 1861.
- Napoléon III. Buste en marbre. (Initialement pour la Bibliothèque Mazarine, à l’Institut). Salon de 1863.
- Le duc de Morny. Buste en bronze. Salon de 1863.
- Le comte de Persigny, ministre de l’Intérieur. Buste en marbre. Salon de 1863.
- Le prince de Bauffremont Courtenay. Buste en marbre. Salon de 1864.
- Augustin Thierry. Buste en marbre. Château de Versailles. Salon de 1864.
- Napoléon III. Statue en marbre. Château de Compiègne. 1864.
- Napoléon III. Buste argenté en galvanoplastie. Salon de 1865.
- Napoléon III. Buste en marbre. Roubaix (Nord), Musée d’Art et d’Industrie –La Piscine. 1865.
- Le duc de Morny. Buste en cuivre argenté. Salon de 1866.
- Le duc de Morny. Buste en marbre. Château de Compiègne. 1867.
- Le duc de Morny. Statue en bronze. (Initialement érigée à Deauville ; fondue durant la guerre de 1939-1945). 1867.
- Napoléon III en grand costume. Buste en bronze. (Initialement pour une fontaine dans le Morbihan). 1867.
- Napoléon III. Buste en marbre. (Initialement dans la salle du Conseil de l’ancien Hôtel de Ville de Paris).
- Napoléon III. Buste en marbre. (Initialement pour le Tribunal de commerce de Paris).1868.