art, artiste, sculpture, sculpteur, Franche-Comté

Claude Dejoux

Vadans, 1732 - Paris, 1816


Claude Dejoux, né le 23 janvier 1732 à Vadans (Jura) et mort le 18 octobre 1816 à Paris, est un sculpteur français.


• Dejoux (Claude), naquit à Vadans, près de la ville d'Arbois (Jura), le 23 janvier 1732.
Issu d'une bonne famille de la Franche-Comté, réduite pour des causes ignorées à une situation plus que modeste, il fut d'abord ouvrier menuisier dans son village. Il se rendit ensuite à Marseille, où il remporta un deuxième prix en 1763 comme élève à l'Académie de peinture et de sculpture de la ville, académie dont il devint membre plus tard en 1769. De là, il vint à Paris et entra dans l'atelier de Guillaume Coustou ; il y fit connaissance de Pierre Julien qu'il accompagna à Rome en 1768. N'étant pas pensionnaire du roi, il accomplit à ses frais ce voyage qu'il prolongea jusqu'en 1774.
De retour à Paris, il fut agréé à l'Académie royale de peinture et de sculpture le 28 mars 1778. La lettre suivante, adressée par Pierre, premier peintre du roi, au comte d'Angiviller, le 30 du même mois, nous apprend qu'il se trouvait alors fort gêné pour exécuter en marbre le morceau de réception qui lui avait été imposé :
« M. de Joux a été agréé pendant la séance de l'Académie ; sur 34 votans il n'a eu que deux voix contraires, ce qui est une admission honorable. Je ne puis me refuser, malgré sa réticence modeste, de vous informer qu'il joint à ses talens, une naissance. connüe dans la Franche-Comté, et en même tems que ses parens sont aussi malaisés qu'ils sont vertueux, vivant de leurs travaux en cultivant le peu de restes d'un état considérable, et sans aucune dérogeance. M. de Joux, après avoir mérité l'estime et l'amitié de MM. Coustou et Pajou, a trouvé dans ses épargnes les ressources d'un voyage en Italie ; de sorte qu'il est très embarrassé pour remplir la loi qui exige un morceau de marbre pour sa réception. Je viens vous supplier, de luy accorder votre protection pour qu'il puisse se mettre en règle et qu'il ne perde pas par un retard involontaire les fruits des travaux que sa position gênée a aggravée plus que pour plusieurs autres artistes »
Le 31 juillet 1779, il fut nommé académicien, sur une statuette en marbre de saint SébastienClaude Dejoux, saint Sébastien, musée du Louvre, aujourd'hui au musée du Louvre. Il devint adjoint à professeur le 7 juillet.1792. Il reçut en 1788 la charge d'entretenir les sculptures des Tuileries et du château de Versailles, charge devenue vacante par la mort de Dupré. En 1795, il fut admis à l'Institut. En 1806, on lui accorda un atelier dans un local dépendant du Musée des Monuments français.
Claude Dejoux travailla au palais Bourbon, au pavillon de Flore et à l'église Sainte-Geneviève. Il prit part assez régulièrement, à partir de 1779, aux salons du Louvre du XVIIIe siècle. Sa dernière œuvre, son buste par lui-même, fut exposée après sa mort en 1817. Il mourut à Paris, d'une attaque de paralysie, le 18 octobre 1816.

In Gallica : Dictionnaire des sculpteurs de l'école française au xviiie siècle, tome I, Stanislas Lami





• Après avoir obtenu un deuxième prix à l'Académie de peinture et de sculpture de Marseille, il intègre, à Paris, l'atelier de Guillaume Coustou (fils) où il fait la connaissance du sculpteur Pierre Julien. Ils partiront ensemble pour Rome en 1768 et resteront ensuite en relation tout au long de leur vie.
Agréé par l'Académie en 1778, il est nommé l'année suivante académicien avec une statuette en marbre de Saint Sébastien. Tout en exposant au Salon, Dejoux contribue à l'embellissement de nombre de bâtiments de la capitale comme le palais Bourbon, l'église Sainte-Geneviève ou le pavillon de Flore du palais du Louvre.
Obtenant la charge de l'entretien des sculptures des Tuileries et du château de Versailles, Claude Dejoux est nommé à l'Institut en 1795.
Nommé professeur à l'École des beaux-arts de Paris le 10 mai 1806, il sera remplacé par Pierre-Narcisse Guérin le 27 novembre 1816.

In Wikipedia : Claude Dejoux





• Sculpteur français (né à Vadans (Jura) le 23 janvier 1732, décédé à Paris le 18 octobre 1816), Dejoux est d’abord ouvrier menuisier dans son village natal.
Il se perfectionne à Lyon en travaillant chez un sculpteur ornemaniste. Par la suite, il rejoint Marseille où il remporte le deuxième prix de sculpture de l’Académie de Marseille, en 1763.
Il s’installe à Paris et entre dans l’atelier de Guillaume II Coustou.
En 1768, il accompagne, à ses frais, son ami le sculpteur Pierre Julien à Rome. Il y séjourne jusqu’en 1774.
De retour à Paris, il est agréé à l’Académie royale en 1778 et devient académicien en 1779, avec une statuette de Saint Sébastien.
Il travaille au Palais Bourbon (décorations), au Palais du Louvre (décorations) et au Panthéon (Renommée ; Une figure de l’église grecque).
Il réalise plusieurs bustes : Benjamin Franklin ; la princesse de Monaco ; François Dumont ; Henri Haguenot ; Pâris du Vernay.
Dejoux est l’auteur des statues de Catinat (Château de Versailles) et de Desaix.
En 1769, il est agréé à l’Académie de Marseille et en 1795, il entre à l’Institut.
En 1788, il est en charge de l’entretien des sculptures des Tuileries et du château de Versailles, il devient adjoint à professeur en 1792.
Dejoux fut décoré de la Légion d’honneur.

In Wikiphidias : Claude Dejoux